La création du CAUE 85


40 ans à vos côtés! 2019 sera l’année anniversaire des 40 ans d’existence pour le CAUE de la Vendée.
Plusieurs de nos manifestations feront un clin d’oeil à cet anniversaire.
Nous allons vous proposer chaque trimestre un focus sur nos actions passées qui sont encore d’actualité.
Cette série de quatre articles abordera les quatre mots de notre sigle :
Conseil, Architecture, Urbanisme et Environnement

Nous allons vous faire découvrir ou redécouvrir un extrait du livre des 20 ans du CAUE 85, les premières pages.
Il s’intitule « CAUE AU FIL DU TEMPS », il a été rédigé par Philippe Ecalle, Joël Maugin et l’équipe du CAUE 85.

1. INTRODUCTION

Malgré plus de vingt ans de présence et des interventions multiples, il n’est pas rare d’entendre encore la question :

Qu’est-ce que le CAUE ? Que fait-il ?

Ce qui est normal car bien souvent nos interlocuteurs ne voient du CAUE que la facette liée à leur propre centre d’intérêt sans pour cela avoir une vue d’ensemble.

Sans vouloir être exhaustif, ce livret présente un certain nombre de réalisations et par un survol général montre la diversité des missions confiées au CAUE.

Il n’est pas possible de relater en détail tout ce qui a été fait et encore moins tout ce qui aurait pu être fait.

Consciente de ses imperfections, l’équipe percevra toutes les remarques, suggestions et critiques constructives, comme un enrichissement pour l’avenir et un témoignage de l’intérêt porté à la lecture de ce document.

3. LA NAISSANCE DU CAUE DE LA VENDÉE

Le papa, chargé d’enregistrer l’enfant, est Jean de la Rochetulon, Conseiller Général élu le 19 novembre 1979 Président du CAUE.

Il aura fallu deux ans de gestation entre la loi de 1977 imaginée par le ministère du cadre de vie de l’époque et le premier cri poussé par le CAUE.

On espère beaucoup de cet enfant sans trop préciser quoi. Aussi, après avoir reconnu le père, le 10 juin 1980 est choisi le tuteur, Joël Maugin, qui dès le 1er juillet doit aider à faire les premiers pas. Les premiers pas seront accueillis par la Maison du Bâtiment.

Date : 25 juin 1979 Lieu : Hôtel de la Préfecture
Nom : Conseil d’Architecture d’Urbanisme et de l’Environnement

Au chevet du berceau, Messieurs Gilard – Préfet, Crucis – Président du Conseil Général. Entourés de nombreux parrains et marraines : P. Bazin, G. de Guerry de Beauregard pour le Conseil Général ; M. Grellé –  Président des Maires ; MM. Seguin, Durand, Héraud, Boissière – architectes ; MM. Dronneau – Sica HR, Vergnaud – UDAF, Billon – BTP ; les administrations : DDE, DDA ; l’Ecole d’Architecture de Nantes.

1979

L’ heure de la décentralisation n’a pas encore sonné !
1er colloque national des CAUE le 18 décembre à Paris Maison de la Chimie.

  1. M. d’Ornano – Ministre de l’Environnement, (photo.1)
  2. M. Belmont – Directeur de l’Architecture,
  3. M. Monin – Président de la Fédération Nationale des CAUE (photo.2)

17 CAUE sont opérationnels.

6. JOËL MAUGIN

Prenant ses racines à la frontière de la Vendée militaire, passionné d’architecture dès sa plus tendre enfance, c’est à Paris, initié par P. Lamache qu’il confirmera sa vocation d’architecte et acquerra, chez les confrères parisiens, l’expérience indispensable pour pouvoir exercer son métier. En association, il réalisera pendant six ans différents projets dans la région toulousaine et dans le Choletais. Dans la création du CAUE de la Vendée, il verra l’occasion de faire partager son plaisir d’architecture et une nouvelle forme d’exercice fait de pédagogie, d’imagination et d’écoute.
La diversité des thèmes développés, la parfaite adéquation entre ses convictions professionnelles et les objectifs fixés par l’association lui ont permis de rester sans lassitude à la direction de l’association. L’entente harmonieuse, faite de confiance et de partage d’idées avec son président, a également largement contribué à l’enthousiasme qui l’anime. Il reste persuadé que le CAUE est un outil extraordinaire où tout est possible dans un département qui sait si bien s’ouvrir sur le futur tout en gardant la mémoire de son passé.
La mode des terrains de golf bat son plein sur toute la France. Sur le département de la Vendée, 7 sont programmés, 4 seront réalisés. Les grandes opérations touristiques fleurissent (la grande Motte dans l’Hérault, Lacanau en Gironde). En Vendée, après avoir surmonté bien des obstacles, la première phase de Port-Olona est réalisée. Port Bourgenay rentre dans une phase opérationnelle. Le muséobus parcourt le département avec une exposition sur l’habitat rural.
La Direction Départementale de l’équipement et le Service Départemental de l’Architecture viennent d’éditer une plaquette de recommandations «  construire en Vendée ».

2. L’ORIGINE DES CAUE

Loin de l’urgence de l’après-guerre et de l’enthousiasme pour la modernité sans concession des années 60, les années 70 s’interrogent sur le qualitatif ; naissent alors les règlements, les contrôles.

Et si la qualité comme l’œuvre d’art ne se décrète pas, tout au moins, peut-on graver dans le marbre des tablettes de la loi ce constat évident :

« L’architecture est une expression de la culture » loi d’Ornano N°77-2 du 3 janvier 1977

Ainsi naissent les CAUE !

4. TU FERAS DU CONSEIL MON FILS

Faire du conseil, encore faut-il avoir autorité pour cela. Qui donne autorité au CAUE quand on sait que les conseilleurs sont rarement, pour ne pas dire jamais, les payeurs ?
Généralement, c’est l’héritage d’un savoir-faire qui légitime cette autorité.

C’est à l’œuvre qu’on reconnaît le maçon dit le dicton populaire. Or, le CAUE, lors de sa création, avait tout à prouver en la matière ; lui dont la mission est d’apporter sa « science » pour faire savoir. À sa naissance, le CAUE a donc tout à construire, à commencer par sa reconnaissance ; le CAUE ne tirant sa légitimité, que de l’existence d’une loi, et du bon vouloir d’élus du Conseil Général. Autre obstacle : si le CAUE est doté, de par ses statuts, d’un pouvoir de conseil, il ne dispose d’aucun moyen de coercition.

Le « gardien des lois » architecturales est, comme le roi, nu. C’est sa limite. C’est aussi sa force. Sa seule arme sera le conseil qui passe par le dialogue, l’échange et l’écoute.

5. JEAN DE LA ROCHETHULON

De formation juridique, agriculteur de profession, passionné pour la «  chose publique » pendant plus de 36 ans il contribue au développement de la commune de Talmont Saint Hilaire.
Des projets exceptionnels marquent ses mandats de Maire, notamment : la création de Port Bourgenay et de son golf, le premier parc naturel départemental, le village aéronautique, l’animation du Château de Talmont, etc…
Élu du Conseil Général (1er vice président) et régional, il présidera, entre autres, les jurys chargés de choisir les futurs projets structurants du département.
Modeste, il se dit ignorant de l’art de bâtir et pourtant nul ne conteste la pertinence de ses points de vue. Ses talents de « grand patron » ont largement contribué à la bonne marche des différents organismes qu’il préside. Organismes qui ont tous un rapport direct avec l’art de bâtir, que ce soit la société HLM de Vendée, le Crédit immobilier, la Maison de l’habitat et bien entendu le CAUE.
Membre fondateur de l’association, il saura donner confiance à toute l’équipe, et favoriser ainsi l’épanouissement des talents.

Sa volonté, fermement exprimée, affirme l’association dans sa vocation au service de tous et lui fait éviter toute déviance pouvant remettre en cause la crédibilité d’un conseil objectif et indépendant de tout intérêt particulier.